Pour le salon de Genève , Vacheron Constantin propose deux nouveaux  garde-temps, dont un tourbillon, dotés de mouvements entièrement gravés à la main, dans la plus pure tradition de l’ornement horloger classique. Les platines et les ponts des calibres 2260 et 4400 à remontage manuel sont ainsi parés de délicats motifs floraux qui rappellent les gravures ornant les premières montres de poche conçues par Vacheron à la fin du XVIIIème siècle. Abrités dans un précieux boîtier en platine, ces deux mouvements iconiques de la Manufacture arborent des décors traditionnels réalisés « ton sur ton », entre volutes et arabesques et rappelant la feuille d’acanthe. Ce motif végétal raffiné s’est ainsi propagé depuis l’antiquité dans la gravure, la marqueterie, la broderie ou encore la peinture.

Un tourbillon et une réserve de marche de 14 jours

Mis en lumière par un boîtier rond en platine 950 de 41 mm de diamètre, doté d’une lunette concave pour en intensifier la finesse, le calibre gravé 2260/1 est un mouvement mécanique tourbillon à remontage manuel, bénéficiant d’une exceptionnelle réserve de marche de 14 jours. Il présente les fonctions heures et minutes légèrement décentrées permettant une mise en valeur de la cage du tourbillon, couplée à la petite seconde. La lecture de la réserve de marche est quant à elle possible grâce à une aiguille dite « traînante » qui affiche le solde d’énergie sur un arc-de-cercle de 280°. Cette surface, supérieure à celle des indicateurs classiques, permet une division précise des 14 jours, eux-mêmes scindés en deux tranches de 12 heures, pour une plus grande lisibilité de la réserve de marche.

Intégrant 231 composants, l’architecture du calibre 2260/1 présente deux grands ponts, délicatement gravés à la main de motifs floraux et de feuilles d’acanthe, visibles à travers le fond saphir du boîtier étanche à 30 mètres. Côté affichage, le Métiers d’Art Mécaniques Gravées – Tourbillon 14 jours de Vacheron Constantin offre une vue imprenable sur la cage du tourbillon en forme de croix de Malte, parée de finitions les plus raffinées. Ponctué d’aiguilles en or blanc anthracite et composé de deux parties distinctes, le cadran en saphir propose des zones dépolies permettant une parfaite lisibilité des graduations gravées et encrées de la petite seconde et de la réserve de marche, tandis qu’une bague de couleur ardoise arbore la minuterie et une croix de Malte en or blanc.

Graver l’infiniment petit

Si le motif extrêmement malléable de la feuille d’acanthe offre un champ d’expression presque illimité aux artistes de tous rangs, sa gravure sur les pièces fonctionnelles d’un mouvement de Haute Horlogerie relève du grand art. Souhaitant magnifier deux calibres de référence et démontrer le talent de ses artisans émérites, la Manufacture Vacheron Constantin a ainsi fait le choix exigeant de conserver la composition des mouvements à l’identique. Aucune pièce à graver n’a ainsi été épaissie pour faciliter la tâche du graveur, lequel doit en conséquence ouvrager des surfaces de moins d’un millimètre d’épaisseur.

Outre le défi de la miniaturisation, ce travail ténu consiste à graver des motifs sur des composants préalablement anglés, étirés, perlés et polis par les artisans décorateurs de la Manufacture, puisqu’à l’instar de tous les mouvements conçus par Vacheron Constantin, les calibres 2260 et 4400 présentent des finitions de Haute Horlogerie les plus abouties. Figurant l’ultime étape d’une remarquable œuvre ornementale, le maître-graveur travaille sans filet, dans une extrême concentration et le souci constant de n’égratigner d’aucune façon ces surfaces parfaitement terminées. A l’aide d’un outil appelé ciseau, il procède en premier lieu à un tracé en taille douce pour définir les contours du motif. Puis il retire consciencieusement de la matière, avec la technique dite du champlevé.

Creusée à une profondeur de 2/10 de millimètres, cette opération permet de créer un effet de volumes et de dégager le motif en relief. Avec des pièces ne mesurant parfois que 0,35 mm d’épaisseur, le risque est considérable de transpercer ou de déformer le métal. Le travail autour des chanfreins, l’intérieur des ponts et des platines ainsi que les trous des rubis – qui ne peuvent subir la moindre altération – est particulièrement méticuleux.

Enfin, une teinte anthracite finement patinée est affinée à l’aide d’une pointe minuscule, faisant éclore l’ornement en volumes et en reliefs.

Fiche technique:

Mouvement: mécanique à remontage manuel, calibre 2260/1, développé et manufacturé par Vacheron Constantin, 29.10 mm (12¾ » » lignes) de diamètre, 6.80 mm d’épaisseur, 336 heures (14 jours) de réserve de marche, 2.5 Hz (18’000 alternances/heure), 231 composants, 31 rubis, tourbillon, entièrement gravé main recto/verso (taille douce et champlevé) avec motif « feuilles d’acanthe »

Indications: heures, minutes, petite seconde à 6 heures sur cage tourbillon, indicateur de réserve de marche

Boîtier: en platine 950, 41 mm de diamètre, 12.35 mm d’épaisseur, fond transparent avec glace saphir, étanche à 3atm (30m)

Cadran: partie centrale en glace saphir avec indications gravées et encrées et partie extérieure avec bague en métal finition opalin couleur ardoise, minuterie peinte

Bracelet: en cuir d’alligator Mississippiensis bleu foncé, cousu main, finition sellier, grandes écailles carrées, boucle ardillon en platine 950, demi-croix de Malte poli

Référence: 6000A/000P-B025

Garde-temps certifié du Poinçon de Genève

Disponible uniquement dans les Boutiques Vacheron Constantin, livré avec une loupe